OneCoin n’est pas du tout un autre Bitcoin.

  Il y a deux mois environ j’ai participé gracieusement à l’ouvrage d’un nouveau livre Blockchain, la révolution de la confiance, un livre principalement informatif et accessible, écrit par Laurent Leloup. J’y ai très modestement contribué avec deux petites pages sur la traçabilité des crypto-monnaies pour esquisser une comparaison entre la transparence du Bitcoin et les monnaies non-traçables, telles Z-Cash ou Monero: le bitcoin est au http ce que Z-Cash est au https  (plus d’infos ici ). Le livre a fait appel à de nombreux autres acteurs de la sphère francophone: Vidal Chriqui, Pierre Noizat (Paymium), Luca Comparini (IBM), …  William Mougayar, speaker au dernier EDCON, qui a aussi écrit le préface. Une petite polémique est née ces jours-ci sur les réseaux sociaux concernant l’ouvrage: la page 59 contient une erreur manifeste qui va être corrigée dans la prochaine édition, selon les souhaits de l’auteur et de l’éditeur (Eyrolles). La pseudo crypto monnaie OneCoin y est présentée comme une monnaie normale blockchain-based (semblable au bitcoin et aux autres alt-coin) alors qu’elle est notoirement un scam. Cet incident me donne l’occasion de tenter d’expliquer ici pourquoi OneCoin n’est pas une crypto monnaie comme le BTC et pourquoi il faut l’approcher avec une très grande méfiance. Si vous tombez sur une offre OneCoin, je vous conseille fortement de vous renseigner afin de bien comprendre les différences entre OneCoin et les vraies crypto-monnaies avant tout investissement. Après quoi mon conseil personnel est quand même de ne pas acheter un seul OneCoin. 

***

OneCoin n’est pas une cryptomonnaie parce qu’il ne respecte pas certaines règles communes  au bitcoin et aux  altcoins. Comment ne pas tomber dans le piège et reconnaître une vraie crypto-monnaie ?

Règle numéro 1. 

Si vous ne pouvez pas trouver le code-source et le white-paper du projet sur un repository public à la github, grosse alerte: le coin n’est pas publique. Demandez-vous comment l’on pourrait faire confiance à une crypto-monnaie dont personne ne connait ni les détails d’implémentation technique ni les fonctions cryptographiques utilisées (ni s’il y en a, d’ailleurs).

Règle numéro 2. 

Si vous ne pouvez pas faire tourner sur votre PC le software peer-2-peer de la monnaie et de la blockchain qu’on vous propose, vous êtes très probablement face à un scam (ou à une blockchain consortium, mais celles-ci sont facilement identifiables, n’émettant pas de monnaie publique).

Règle numéro 3. 

Si vous ne trouvez pas sur le net un explorer publique de la blockchain en question (comme ceux-ci: blockexplorer, blockchain.infoetherscan) vous êtes très probablement encore face à un scam.

Règle numéro 4. 

Les arbres ne montent pas jusqu’au ciel et les baisses contribuent à l’équilibre et à la santé d’un marché. Si l’on vous propose des gains fulgurants en vous promettant une volatilité à sens unique direction la lune, méfiez-vous au plus haut degré.

Règle numéro 5. 

Si vous ne pouvez pas trouver la monnaie qu’on vous propose sur au moins une des plateformes de crypto-échange (Kraken, Poloniex.. ), soit vous êtes face à un coin très jeune, soit à une fausse crypto monnaie.

Règle numéro 6. 

Si on vous dit (avec OneCoin) que la blockchain est seulement temporairement fermée mais on vous garantit qu’elle sera ouverte au public dans un futur plus au moins proche, méfiez-vous quand même. Elle reste une BC 100% privée avec une promesse qui ne change rien à l’état actuel des choses.

On peut facilement constater que OneCoin ne respecte à présent  aucune de ces règles.

 ***

D’ailleurs, plusieurs gouvernements et institutions ont émis (depuis longtemps) des avertissements. D’après wikipédia :

  • OneCoin étant né en Bulgarie, le 30 Septembre 2015, la Commission de surveillance financière de la Bulgarie (FSC) avait émis un avertissement de risques potentiels dans de nouveaux cryptocurrencies, citant Onecoin à titre d’exemple. Après cet avertissement, Onecoin a cessé toute activité en Bulgarie et a commencé à utiliser des banques étrangères pour gérer les virements des participants.
  • En Hongrie, pour la Banque centrale, Onecoin est un système de vente pyramidale.
  • En Chine, des membres et des investisseurs de OneCoin ont été arrêtés en 2016 et 30,8 millions de dollars US d’actifs ont été saisis.
  • En Décembre 2016, l’Autorité italienne Antitrust a émis une injonction provisoire contre la société One Network Services Ltd et ses représentants italiens, décrivant leurs activités comme un « système de vente pyramidale illégal interdit par la loi » et leur a ordonné de cesser de promouvoir et de vendre Onecoin en Italie.
  • Le journal britannique Mirror a écrit que OneCoin / OneLife est une escroquerie et a expliqué pourquoi OneCoin est sans valeur.
  • Bitcoin.com a donné (en Juin 2016) des preuves détaillées que Onecoin est une vaste escroquerie qui a la forme d’un schéma de Ponzi.

La société et le système sont sur les listes d’observation de nombreuses autorités aussi en Finlande, Suède, Norvège et Lettonie.

***

Comment marche OneCoin. Si dans le bitcoin on a deux catégories d’utilisateurs (le miners et les payers) dans OneCoin on en a une seule: les clients, qu’on appelle des affiliés indépendants. Ces affiliés n’achètent pas des coins mais des paquets éducatifs de formation à la crypto-monnaie qui coûtent de 110 € à 27.500 €, plus le paquet ULTIMATE à 118.000 €. Ces paquets contiennent de faux-jetons (ils ne sont pas des crypto-tokens comme BTC, ETH…) qui donnent le droit de miner des OneCoin dans la blockchain OneCoin. Clairement, il n’y a pas de vrai mining compétitif, comme vous pouvez l’imaginer. Le mapping 1-to-many entre un jetons de minage et les OneCoin qu’il  permet d’émettre se fait dans le privé des serveurs de la société (ou au mieux des partenaires) et pourrait se résoudre à une simple lecture dans une base de données des plus standard. Notez la différence

  • Dans le bitcoin les payers échangent entre eux et versent des fees aux miners (d’autres peers), qui récupèrent aussi les coins nouvellement émis selon des règles neutres et publiques. L’argent ne sort pas du réseau p2p et le protocole ne rémunère aucune société, ni privée ni publique.
  • Dans OneCoin les clients échangent avant tout avec la Ltd OneCoin et lui versent des euros trébuchants en échange du droit de faire semblant de miner.

Noter que le ticket d’entrée ne consiste pas à acheter de l’hardware pour du mining complexe, à mettre à disposition ses compétences de développeur ou à investir directement via une plateforme de trading.  On accède à OneCoin par la petite porte des formations à la monnaie afin d’obtenir le droit (en deuxième instance et indirectement) de ‘miner’ artificiellement ses pièces. Petite porte, grandes dépenses, lorsqu’on voit les prix des paquets. Comment justifier d’ailleurs l’écart d’une facteur 1000 pour le même service de formation? Elles couvrent un intervalle de 100 à ~100.000€. Je ne suis pas un juriste mais la question me brûle les lèvres: est-ce que ce détournement via les formations sert à éviter une vente directe de token, qui serait illégale ? Plus les paquets achetés sont chers plus vous obtenez des OneCoin, mais aussi plus vous gagnez des Splits. Les Splits ont pour but d’actionner tôt ou tard un mécanisme qui double le montant de vos jetons (rien à voir avec le halving du bitcoin). Maintenant, le tôt ou tard dépend de la vitesse à laquelle vous fédérez et introduisez de nouveaux clients dans le système. Pour bien suivre cela, OneCoin met à disposition de chaque affilié un baromètre de Split qui lui prédit le moment où son argent sera doublé (à condition que d’autres acheteurs viennent derrière vous alimenter la machine). Autre chose à savoir: OneCoin est isolé et n’a pas de pont vers les autres cryptomonnaies. Supposons que vous avez un compte Bittrex (plateforme de trading crypto) et que vous achetez un crypto externe à Bittrex sur le site de ce coin, par exemple Waves qui depuis peu a ses gateways vers les € et les $ (enfin).  Si pour x raisons, un jour vous en avez marre de Waves en quelque clic (et une attente de ~1 minute) vous pouvez les transférer de votre portefeuille waves à Bittrex. D’ici vous pouvez acheter de manière 100% libre plus de 200 autres crypto-monnaies. Avec OneCoin vous êtes dans leur plateforme d’échange propriétaire et vous ne pouvez pas passer de cette « monnaie » au vraies cryptomonnaies par un bouton dans leur application. Vous devez avant tout sortir votre argent mais vous avez des limitations sur les montants en argent que vous pouvez retirer chaque jour. Dans Bittrex aussi vous en avez (selon votre niveau de KYC et AML compliance) mais c’est une limitation de la plateforme (imposé par la loi) et non pas des crypto-monnaies! Bittrex = plateforme de trading multicoin et indépendantes des monnaies OneCoin = plateforme de trading dédié à leur seule monnaie Ici certains clients OneCoin se plaignent d’ailleurs de ne pas arriver à vendre leurs pièces (voir dans les commentaires). Onecoin offre aussi un autre service dit CoinSafe.  Comme une banque, la société verse des intérêts supplémentaires (12%) pour tout dépôt de OneCoin (lire de vos euros) que vous vous engagez à laisser dans un compte au moins 18 mois. Comment les OneCoins travaillent-ils dans le temps pour générer ces intérêts? cela reste à mes yeux un mystère: ses récompenses seraient de nouvelles émissions de OneCoin inscrites dans le protocole de leur BC privée ou alors le fruit de ces euros investis ailleurs? Personnellement, je n’ai pas compris.   Mise à jour – 27/04/2017:  15 jours seulement après la publication de ce post la police indienne a arrêté 18 personnes impliquées dans le business OneCoin.  La police indienne a assisté à un séminaire OneCoin sous couverture en avril , un événement qui avait accueilli quelque 500 investisseurs potentiels.  Des sommes avoisinant les 2 millions d’euros ont été confisquées.  CQFD… Mise à jour – 30/04/2017:  Trois jours plus tard l’Allemagne a intensifie sa répression OneCoinL’Autorité fédérale de surveillance financière (BaFin) a émis une ordonnance de cessation et désistement vers deux sociétés holding liées à OneCoin (la Onecoin Ltd, Dubaï et OneLife Network Ltd) en leur ordonnant de « démanteler leur système commercial » OneCoin et de « arrêter immédiatement toutes activités de promotion des ventes » sur le territoire Allemand. Mise à jour – 05/05/2017:  Les représentants OneCoin au Kazakhstan sont confrontés à des accusations de fraude: les autorités déclarent avoir récolté illégalement presque 7 millions de dollars auprès d’investisseurs et ont lancé des procédures préliminaires contre des représentants de OneLife, la principale entreprise partenaire d’OneCoin.

Voici la déclaration du service de presse du gouvernement Kazakhstan: « Il a été établi que Mirsaitova DK et ses complices ont mis en place un vaste réseau d’agents d’entreprise qui, actifs dans toutes les régions du pays, ont trompé intentionnellement les investisseurs en prétendant être des partenaires de marketing indépendants de la société bulgare OneLife, revendiquant une valeur exceptionnelle De la soi-disant cryptocurrency OneCoin, vendue par eux. « 

Noter la mise en garde de CoinTelegraph à la fin de l’article : « Cointelegraph rappelle aux lecteurs qu’en raison d’avertissements multiples de divers gouvernements, ainsi que des preuves provenant d’ enquêtes antérieures , il recommande de ne pas investir dans OneCoin sous quelque forme que ce soit. »

Mise à jour – 09/06/2017 Les autorités norvégiennes donnent un ultimatum à OneCoin.

Mise à jour – 05/07/2017 La police indienne a mis en examen 22 promoteurs de la monnaie OneCoin dans le pays.  

Mise à jour – 10/07/2017  On a de plus amples détails après une feuille effectuée lors de la répression en cours contre OneCoin. Les autorités indiennes ont déposé une plainte contre 30 personnes accusées de promouvoir OneCoin dans le pays. Avec ce document formel d’accusation, l’instance judiciaire indienne s’attaque également au ressortissant bulgare Rjua Ignatova, le fondateur et CEO d’OneCoin. Selon le journal Indian ExpressTushar Doshi, commissaire adjoint au crime à la police de Navi Mumbai, a déclaré:

Dans ce genre de régime, les investisseurs sont à la fois les auteurs (de la chaîne) que les victimes. Il est clair qu’il s’agit d’un schéma de Ponzi.

La police indienne est actuellement sur les traces de six promoteurs OneCoin aux manettes dans les postes clés, dont l’ingénieur principal Rjua Ignatova.

Mise à jour – 13/07/2017:  Andreas Antonopoulous (un des plus grand experts bitcoin/blockchain au monde) répond via tweeter à une question sur OneCoin : ‘Avez-vous entendu parler de OneCoin? Pensez vous q’il s’agit d’un scam ?’ La réponse est perspicace.

 

Mise à jour – 24/04/2017:  La police finlandaise fait une enquête sur les activités supposées illégales de OneCoin. L’enquête est menée par la police criminelle suite aux plaintes de certains particuliers et de l’administration des impôts finlandaise.

***

On mesure ici la distance abyssale qui sépare les deux mondes: OneCoin d’un côté, Bitcoin + Alt-Coins de l’autre. La sentence me parait claire et mon conseil l’est aussi: abstenez vous. Que ce soit pour y investir de l’argent qu’on ne reverra probablement jamais, ou pour devenir un membre du réseau OneLife, auquel cas on risque de se rendre complice d’une escroquerie. Il y a tellement de vrais crypto-coins 100% publics, qu’ils soient

  • bien établis (BTC, ETH)
  • en cours de consolidation (ZEC, XMR, DCR)
  • ou même très jeunes mais avec un fort potentiel (dernier en date byteball)

qu’il serait vraiment dommage de voir quelqu’un laisser son argent dans les méandres troubles de cette « crypto »-monnaie qui de plus s’écroule sous le poids des avis négatifs des grands experts et des avertissements des institutionnels. https://www.youtube.com/watch?v=xm9OLcRubWE    

2 pensées sur “OneCoin n’est pas du tout un autre Bitcoin.”

  1. Merci David pour cette expertise.
    Voici un éclairage qui démontre bien ce qu’est OneCoin et son écosystème.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *