Algorand: une alternative au PoW

 

Le professeur Silvio Micali du MIT, l’un des meilleurs cryptographes au monde, a récemment publié un document très intéressant intitulé ALGORAND The Efficient and Democratic Ledger où il expose une nouvelle manière de sécuriser une blockchain. Il s’agit d’une solution élégante au problème des généraux byzantins qui permet de se passer de la proof-of-work. Silvio Micali a reçu le Prix Turing (en informatique), le Prix Goedel (en science informatique théorique) et le prix RSA (en cryptographie). Il est notamment co-inventeur du protocole zero-knowledge-proof (ZKP) utilisé par exemple dans Z-Cash.

Si cette innovation devait être appliquée au bitcoin, elle changerait complètement son visage.

Le professeur Micali a profité de l’exposition de sa nouvelle méthode pour affirmer que les ledger blockchain sont une des technologies de pointe de l’histoire de l’humanité et qu’il est urgent de s’y intéresser de très près. Sans crainte d’exagérer, il a affirmé:

“I believe the public ledger is going to be as beautiful and as useful as any physical infrastructure we have created and I really urge you to devote all of your attention to it.”

C’est pas beau ça ?

Continuer la lecture de « Algorand: une alternative au PoW »

La blockchain Steem (2/2)

Si nous savons tous que WordPress est populaire, nous ne savons peut-être pas à quel point il l’est: par WordPress passe les 26 % du web, plus de 500 sites sont créés chaque jour et l’année 2015 a vu transiter plus de 660 millions de post.

Imaginons un instant ce qui pourrait arriver si on disait aux blogueurs du monde entier qu’à partir de maintenant ils peuvent être payés  pour leur contenu plutôt que payer pour pouvoir poster leurs articles.

Steem a le potentiel (nous disons bien le potentiel) pour devenir la nouvelle plate-forme mondiale décentralisée non seulement pour les blogs, mais aussi pour les autres contenus du web.

Continuer la lecture de « La blockchain Steem (2/2) »

CommonAccord: vers une Fondation pour smart contrats blockchains.

 

James Hazard (de CommonAccord) et Thomas Hardjono (le directeur du MIT Internet Trust Consortium) viennent de rédiger un document qui pourrait bien devenir un milestone dans l’histoire du lawyering.

Ce texte a été soumis au W3C, qui a répondu en invitant CommonAccord à son workshop officiel du W3C de fin Juin 2016.

Nous vous proposons la traduction française de l’original en anglais.  Ici, vous trouvez le programme du workshop.

Continuer la lecture de « CommonAccord: vers une Fondation pour smart contrats blockchains. »

Bitcoin: la mise à jour Segregated Witness

 

Pieter Wuille, un des développeurs historiques du bitcoin, a récemment terminé une mise à jour très attendue du protocole: la Segregated Witness, ou SegWit, pour faire court.

Pieter Wuille BTC introduit le code source de base Distincts Témoin
Pieter Wuille
Cette annonce marque la fin d’une longue attente: une des plus importantes features du client Bitcoin pour l’évolutivité du réseau. Les mineurs seront bientôt en mesure de mettre à jour leur logiciel pour l’inclure dans leur réseau. La mise en place des SegWit sera aussi simple que de télécharger un nouveau client et de l’exécuter sur leur nœud.

 

La programmation de smart contracts: une opération hautement délicate.

 

La programmation des smart contracts  ressemble à bien des égards à la programmation traditionnelle. A première vue, un code smart contract  est simple et paraît familier aux programmeurs. De ce fait, nous avons ont souvent l’impression de devoir juste apprendre une nouvelle syntaxe avant de devenir opérationnels.

Afficher l'image d'origine
Exemple d’un smart contract basique:  la création d’un token sous Ethereum

Continuer la lecture de « La programmation de smart contracts: une opération hautement délicate. »

BigchainDB: le database blockchain évolutif.

Si on mesure le performances de la blockchain Bitcoin avec les critères des DB traditionnels, on a un retour catastrophique:

  1. le throughput est de seulement quelques transactions par seconde (tps),
  2. la latence avant qu’une opération d’écriture se fasse est de 10 minutes
  3. la capacité est quelques douzaines de GB
  4. il n’y pas de scalability linéaire lors de l’ajout de noeuds: avec un doublement de noeuds, le trafic de réseau quadruple sans aucune amélioration du throughput de la latence ou de la capacité.
  5. l’ajout de noeuds se fait correctement jusqu’à environ 10.000, puis la performance chute.
  6. Il n’y a pas la possibilité de faire des query sur les données, avec ou sans SQL.

Continuer la lecture de « BigchainDB: le database blockchain évolutif. »

Blockchain: la fin du big data ?

Si la production des données numériques dans le monde a le vent en poupe, 90 % de ces données ont été produites dans les deux dernières années, Facebook y est bien pour quelque chose. Le plus grand réseau social en ligne, a récolté 300 petabytes de données personnelles depuis son commencement, cent fois la quantité que la Bibliothèque du Congrès a pu collecter en deux siècles!

Continuer la lecture de « Blockchain: la fin du big data ? »

Comment marche Ripple

 

Nous avions déjà parlé de Ripple ici.

Lancé en 2012, le réseau Ripple permet des « transactions financières mondiales sécurisées, instantanées et presque gratuites, de toute taille sans rejets de débit ». Il prend en charge n’importe quelle monnaie fiduciaire, crypto-monnaie, commodité ou toute autre unité de valeur tels que miles aériens, minutes mobiles, distances de GPS…

Ripple est un protocole pour le échange de monnaies qu’on pourrait définir un HTTP pour l’argent. Comme HTTP son utilisation est libre et sans licence, comme le bitcoin il permet des transactions en argent.

Continuer la lecture de « Comment marche Ripple »

Les consensus: Proof of work vs Proof of stake

L’état du système bitcoin à un instant T est une collection de outputs de transactions non dépensées qu’on appelle UTXO.

L’argent disponible dans chacun de ces outputs est protégé cryptographiquement par le protocole de la monnaie: quiconque veuille dépenser une somme dans un UTXO doit fournir la preuve qu’il en est bien le propriétaire.

Continuer la lecture de « Les consensus: Proof of work vs Proof of stake »

Blockchains permissioned vs unpermissioned

On peut classer les types de blockchain en trois catégories :

a) unpermissioned  (publiques)
b) consortium
c) permissioned  (privées)

***

Continuer la lecture de « Blockchains permissioned vs unpermissioned »