La Zooz, une Dapp pour le co-voiturage

Au cas où vous ne le saviez pas La’Zooz est une application pour le covoiturage pour particuliers en temps réel.

Encore?  Diriez-vous.  On a déjà eu Uber, BlaBlaCar, Lyft, Super, Sidecar…

Oui il y en a une autre. Mais La’Zooz a une spécificité qui la distingue nettement: son projet est bien le seul  … qui n’appartient à personne.

La Zooz est une plateforme de transport décentralisée, une Dapp  basée sur la blockchain et, au passage, une excellente occasion pour nous de comprendre ce type d’applications par l’analyse d’un cas concret.

 

Lorsqu’on y pense, ce qui laisse beaucoup de gens déçues (voir inquiètes) de voir fleurir des phénomènes comme Uber, c’est la manière dont on possède le projet. Tout se passe comme dans les grands géants de l’Internet: un petit nombre de propriétaires prend mondialement  le contrôle d’une industrie et fiche les données privés des utilisateurs dans des énormes bases de données.  Une fois en prison, ces données sont soumises à des soins intensifs de data-mining, torturées jusqu’à qu’ils rendent la dernière goutte d’information statistique.

Ces données utilisées en mode non-nominatif sont bonnes pour la décoration.  Ils donnent des belles statistiques, sans doute solides, vu le nombre élevés d’individus, mais ils n’ont pas beaucoup de valeur commerciale tant qu’ils restent anonymes. Là où ils deviennent intéressantes c’est lorsqu’on peut les vendre de manière nominative :

Monsieur Paul Dupont 47 ans, marié, deux enfants résident à blabla a fait du covoiturage 37 fois en 2015, pour un total de 2758 km…

Ce qui déclenche tout naturellement la question: a-t-il besoin d’un service pour changer les plaquettes des freins?

Peut-être un jour en 2018 vous allez recevoir un mail (non sollicité) d’un cabinet d’avocats qui vous offre ses services en divorce. Cela simplement parce que vous aurez co-voituré 20% plus de filles que de garçons dans les deux dernières années et que vous aurez co-voituré au moins 3 fois  la même charmante personne, ce qui vous aura valu qu’un algorithme certifie votre profile comme « ayant 15% de chances de divorcer dans les six prochains mois ».

Il va de soi qu’on fait abstraction du fait que en 2018 on n’aura plus besoin de ce genre de e-mail puisque les mariages et divorces civiles se  feront sans doute dans la blockchain 😉 😉 😉

 

Avec les Dapp, plus de géants du web qui raflent tout plus de serveurs centralisés qui gardent au chaud (pour eux) notre vie. Avec les Dapp l’appli appartient aux utilisateurs et ce sont eux qui décident quelles données exposer éventuellement en public. La Blockchain est  une base de données ouverte, décentralisée et sécurisée.

D’ailleurs la Zooz est tellement détenue par la communauté  qu’elle est disponible en open source.

zooz

Le coté open source garantit que le logiciel fait ce qu’il dit: il ne pourra pas, par exemple, envoyer des données sensibles à des tiers vu que le code est contrôlé par tout le monde.

Comment ça marche

La’Zooz  se sert du registre public de la monnaie virtuelle Bitcoin pour  stoker les informations  des membres de son réseau.  Ce même réseau existe, distribué, dans les smartphones et dans les ordinateurs de la communauté d’utilisateurs.

C’est un concept standard pour une blockchain et en même temps  une révolution pour le covoiturage.  Plus besoin d’un acteur central qui gère les mises en relation et  les rendez-vous, cela grâce à une nouvelle manière d’attirer les utilisateurs:  on incite les personnes à rouler avec l’appli en faisant gagner des jetons  (Zooz Token) selon deux critères :

  1. En fonction des Km parcourus avec l’appli ouverte
  2. chaque fois qu’on partage l’application avec d’autres utilisateurs

C’est déjà très innovant mais là ou La’Zooz se dépasse vraiment est dans sa manière de créer une sorte d’étalon mondial du service covoiturage . En effet d’un point de vue technique l’attribution de jetons en fonction des kilomètres c’est ni plus ni moins de l’émission de monnaie, tout comme pour le bitcoin.

On sait que le Bitcoin a une preuve de travail onéreuse qui exige une énorme puissance de calcul ce qui est difficile à reproduire lorsque la grande majorité des utilisateurs sont sur mobile.  La’Zooz a brillamment contourné cet obstacle en liant la production de nouveaux jetons  à une preuve de mouvement.  Dans le concret, vous  allumez votre téléphone avec l’appli La’Zooz lancée et vous promenez en voiture. Pendant que vous roulez  vous gagnez des jetons zooz proportionnellement au nombre de Km parcourus.

————————————
Bitcoin   =   preuve de travail
La’Zooz  = preuve de mouvement
————————————

Lorsque vous co-voiturez un personne vous gagnez des zooz tandis que lorsque vous vous faites co-voiturer vous payez des zooz au conducteur, ou plutôt c’est la back-end de la blockchain qui s’occupe de tout : elle met à jour en automatique les soldes utilisateurs à chaque Km parcouru.

Attention: la valeur des zooz  diminue avec l’augmentation du nombre de personnes inscrites. Il faut donc faire vite si on veut gagner beaucoup  de jetons  (et donc de km en covoiturage) d’autant plus que pour initialiser correctement le réseau les premiers mois les jetons sont attribués même si on conduit seuls (seule condition rouler au moins à 20 km/h).

En tous cas, jusqu’ici La’Zooz est encore en travaux. Personne n’a encore donné ou reçu un service de covoiturage, quoiqu’une application Android soit disponible pour ceux qui veulent commencer à gagner des zooz en conduisant et/ou  en invitant des amis à télécharger l’app.

De temps en temps les développeurs organisent un Proof-of-Movement Hackathon où des hackers informatiques du monde entier sont invités à 

1. sécuriser davantage le réseau en proposant des améliorations de la preuve de mouvement.
2. ou alors pirater le système pour tenter de le faire tomber.

Les contributions fructueuses sont généreusement récompensées en jetons Zooz et parfois même en bitcoin lorsque les fonds le permettent.

 

Mastercoin et Couterparty 

Pendant la phase de test, c-à-d avant d’avoir atteint la masse critique (un nombre d’utilisateurs assez élevé par zone géographique) on gagne des jetons Zooz potentiels qui sont stockés temporairement sur les serveurs web de La’Zooz.

Ces Zooz potentiels sont destinés à être progressivement hashed dans la blockchain bitcoin pour devenir publiquement disponibles. Cette disponibilité se fait de manière pseudonyme via les clés publiques ainsi les identités des acteur restent cachées, tout comme dans le bitcoin.

Les Zooz potentiels deviendront commercialisables par le biais de crypto assets (le cas écheant des smart contracts) qui tournent sur une des sidechains Mastercoin ou Conterparty (vous pouvez choisir laquelle).

L’appli produit automatiquement le couple clé publique-privée. La clé privée est stockée dans votre téléphone et n’atteindra jamais le serveur de la Zooz (oui il y a un serveur centrale mais cela n’impacte pas la privacy des données). L’appli montre le solde en jetons (potentiels pour l’instant) et la niveau de critical mass courant, qui est à présent très petit puisque on compte un peu plus de 3000 utilisateurs dans le monde.

lazooz_layout

A terme l’application sera aussi un portefeuille qui fait le pont avec les smart contrats de MSC/CP pour faciliter encore plus l’utilisation pendant les échanges.

 

Les différences avec Uber ?

En premier lieu Uber applique des commissions qui sont assez près des tarifs taxi (~20%) tandis que les prix de La’Zooz sont nettement inférieur, voire zéro si on co-voiture autant qu’on est co-voituré. Il s’agit là d’un vrai covoiturage partagé puisque les membres se reversent les bénéfices économiques de la plateforme.  Uber , étant une entreprise centralisée, n’aura jamais ses intérêts alignes avec ceux des utilisateurs. Une organisation décentralisée fait tout simplement choisir les intérêts communs par les utilisateurs d’une façon algorithmique et 100% démocratique.

La’Zooz étant un projet open source elle fournit aussi des API publiques qui permettent à n’importe quelle autre application tierce satellite de s’intégrer facilement dans la plateforme pour offrir ses propres services aux utilisateurs qui le demanderaient.

Le financement

Le projet s’est autofinancé au départ avec les économies des fondateurs, puis a levé environ 80.000$ grâce à une pre-vente privée de jetons zooz.

Dépuis le le 28 janvier 2016 il y a une interface Web consacrée à la vente de zooz.  Elle restera ouverte pendant une semaine, permettant les achats de zooz contre de bitcoin ou par virement bancaire jusqu’à atteindre la somme totale de 200,000$. Ces fonds seront utilisés pour soutenir les développements à  venir.

Les développeurs et les fondateurs se rémunèrent aussi selon les règles publiques et connues à l’avance du protocole.

***

La question est maintenant de savoir si La’Zooz arrivera vraiment à imposer un nouveau paradigme dans le covoiturage. Est-ce que  les zooz seront mondialement synonyme de service-taxi?  Est-ce que la zooz uberisera Uber ?  Est-ce que la zooz deviendra la monnaie planétaire pour le covoiturage, est-ce qu’il y aura un marché d’échange de zooz contre des vraies monnaies $, €, BTC …

C’est une affaire à suivre de très près, parce que la’Zooz pourrait être le cas avant coureur de plein d’autres application similaires.

 

3 réflexions sur « La Zooz, une Dapp pour le co-voiturage »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *